Archives de catégorie : Mémoire

Micro-toponymes de Guilvinec (1880) 2ème partie

Il ne reste malheureusement plus de témoins de l’utilisation des noms des nombreuses petites parcelles (microtoponymes) qui composaient anciennement le territoire de Guilvinec, faute d’usage quotidien pour désigner ces lieux fréquentés pour le travail des champs essentiellement ainsi que pour la connaissance des propriétaires répertoriés au cadastre1. Celui-ci nous révèle cependant environ 150 noms, essentiellement en langue bretonne et quasiment tous perdus aujourd’hui. La consultation de ce document est un vrai régal concernant la profusion de façons de nommer les parcelles, avant que n’apparaissent les noms de rues – dans les années 1920 – en se basant sur l’observation de la nature et du paysage façonné par l’homme. Un patrimoine imagé et informatif essentiellement oral qui ne pouvait que s’accompagner d’un travail de mémorisation pratiqué au quotidien ! Un vrai lexique que cette collection de noms !

Continuer la lecture

Kenavo Loïc

Au Vauban, lors de l’hommage à Nobby Clarke en juin 2010, Ben Créac’h et Loïc Le Borgne

Loïc Le Borgne vient de nous quitter pour rejoindre le paradis des accordéonistes et des gens bien. Le Chic Type de Clara, accordéoniste des Bleizi Ruz, a aussi accompagné d’autres chanteurs et musiciens bretons et finistériens.

Je connaissais Loïc et les Bleizi Ruz depuis la fin des années 1970. Il se trouve que nous étions ensemble en 1988 à Quimper dans les studios de RBO, eux présentant leur dernier disque, et moi venu pour les rencontres photographiques “Mise au Point” du Pays bigouden.

Ce genre de rencontre crée des liens et, l’année suivante, lors d’une de mes expos, place Guérin, au Triskell de Hervé Bellec et du grand Fernand, Loïc m’a proposé d’illustrer leur disque suivant par une de mes photos. Finalement, la chose ne s’est pas faite, pour des raisons de timing chez le producteur.

Mais je n’oublierai jamais la sympathie qui guidait ce geste de la part de Loïc ; nous sommes restés très amis et c’est toujours avec un très grand plaisir partagé que nous nous retrouvions aux Quatre Vents, par exemple, pour de grandes discussions interminables.

On se souviendra aussi des passages à Ploudaniel de son ami kabyle Idir (disparu il y a un peu plus d’un an) et dont il ne se lassait pas de raconter les rencontres amicales et tout en humanité partagée.

Mazal-aneɣ a nmuqel

A nnadi w a nesteqsi

Ulac tardast ar nezgel

A nsiɣ tafat ma texsi

Et notre réveil cheminera toujours loin

Quêtant le soleil, l’idéal tant aimé

On sondera le moindre recoin

On maintiendra la lumière allumée (Acawi / Idir)

Lire aussi l’article de Ouest-France du 16 juin 2021.

Aux 40 ans des Sonerien Du avec les Bleizi Ruz en 2012

Microtoponymes de Guilvinec (1880) 1ère partie

Il ne reste malheureusement plus de témoins de l’utilisation des noms des nombreuses petites parcelles (microtoponymes) qui composaient anciennement le territoire de Guilvinec, faute d’usage quotidien pour désigner ces lieux fréquentés pour le travail des champs essentiellement ainsi que pour la connaissance des propriétaires répertoriés au cadastre1. Celui-ci nous révèle cependant environ 150 noms, essentiellement en langue bretonne et quasiment tous perdus aujourd’hui.

Continuer la lecture

Toponymes de Guilvinec, villages et lieux-dits divers

Villages de Guilvinec

Les toponymes bretons sont le plus souvent composés de deux éléments : un premier élément descriptif sert à désigner un objet, le second élément détermine l’objet en question.

Ils sont classés ci-dessous, dans leur transcription originale (AD 29 3 P 75/3 Cadastre de Guilvinec de 1880), à partir du premier nom et sont suivis de leur orthographe bretonne normalisée du XXIe siècle, suivie de leur traduction française, dont quelques-unes peuvent être approximatives (?), car certains noms ne figurent dans aucun dictionnaire.

Continuer la lecture

Le toponyme Guilvinec

La toponymie ou étude des noms de lieux

L’étude des noms de lieux, de leur origine, de leurs rapports avec les langues parlées ou disparues nous livre de précieuses informations quant à l’évolution des relations entre les sociétés et leur environnement. La toponymie est l’empreinte d’un peuple sur son territoire, son identité ; elle décrit un milieu plus ou moins façonné par l’homme, c’est un véritable trésor linguistique.

« Or si un toponyme doit permettre d’identifier très précisément un détail géographique localisé, il n’a pas été attribué par l’homme de façon arbitraire, mais dans un souci de description du paysage et d’évocation des activités que les habitants y exerçaient1. »

La toponymie n’étant pas une science exacte il faut se garder, qui que l’on soit, de prétendre tout expliquer. Néanmoins je me suis attaché à donner les éléments d’explications qui me semblaient les plus probables en l’état actuel des connaissances et d’un certain « bon sens » quant à l’observation objective du paysage.

Carte de 1866, AD 29

Guilvinec, plusieurs versions

Ar Gelveneg est le nom breton du village originel qui est devenu commune le 6 avril 1880 sous le nom de Guilvinec. Le nom « Le Guilvinec », même s’il est passé dans l’usage, n’a jamais été et n’est pas son nom officiel.

Continuer la lecture

Bon vent Georges Pernoud !

Georges Pernoud à Brest 2008. Photo Wiki-Brest (Hervé Lestideau)

Georges Pernoud est décédé le 10 janvier 2021, à l’âge de 73 ans.Il a quitté définitivement les quais pour le grand large.

En guise d’hommage, retour vers les Fêtes maritimes de Brest 2008, où l’animateur de Thalassa a gentiment accepté d’accorder une interview à Célia, une jeune contributrice bénévole de Wiki-Brest.

Le canot de l’Empereur en pleine lumière

Le canot de l’Empereur présenté en majesté aux ateliers des Capucins (Photo Claude Péron)

Enfin, ça y est ! Il aura fallu attendre de longs mois depuis son arrivée à Brest pour le voir, sans parler de la pandémie qui encore retardé son dévoilement complet.

Le canot impérial d’apparat commandé par Napoléon 1er, hôte depuis près de 80 ans du Musée de la Marine à Paris, vient de retrouver Brest, sa précédente résidence.

Installé dans la grande halle des Ateliers, il se livre aux regards des visiteurs en toute splendeur, grâce à une scénographie soignée et particulièrement créative au niveau de la lumière.

Pour en savoir plus sur Wikipédia.