Archives de l’auteur : cperon

Fata Morgana sur Molène

Fata Morgana à Lampaul-Plouarzel le 2 juillet 2014 (Photo Claude Péron)

Cet été, on voit régulièrement des photos de cette illusion d’optique publiées dans le Télégramme (à Locmariaquer et aux Glenan). Celle-ci fait partie d’une série de photos de Fata Morgana visible au-dessus de Molène et d’Ouessant au début de l’été 2014. Mon ami artiste Jean-Yves André, installé à Argenton (Landunvez), m’a confirmé avoir déjà aperçu ce phénomène dans le secteur.

Pour en savoir plus sur ce curieux phénomène optique, lire la page de Wikipédia qui lui est consacrée.

Pierre, de Logonna

Saint-Pierre, le premier des 12 apôtres figurés sur la stèle de Rungléo à Logonna-Daoulas
(Acrylique 50 x 70 Claude Péron)

Le dimanche 2 août, l’association Couleurs de Bretagne a eu la bonne idée d’organiser un concours de peinture mettant en valeur le riche patrimoine de la commune de Logonna-Daoulas.

En cette année bizarroïde, je me suis dit que ce serait une bonne occasion de participer à un événement jamais encore vécu, une nouvelle aventure.

Après des années de cours du soir aux Beaux-Arts de Brest avec le docteur Bellec, Pierre Cap, Jean-Pierre Auclair, Gilbert Caroff et Hung Rannou principalement, j’ai laissé tomber les crayons et les pinceaux après 2008.

Photo Gérard LC

C’est donc avec un grand plaisir que je me suis inscrit à cette journée. Ayant choisi, après une petite recherche sur Wikipédia, le site de Rungléo et son “menhir christianisé” des 12 apôtres, je me suis retrouvé sur place avec un couple de rennais, Claude, à l’aquarelle, et son épouse, Christiane, au pastel sec.

Habitués des ateliers d’arts plastiques de leur région et du concours Couleurs de Bretagne, ils ont été de bonne compagnie, me prodiguant conseils et critiques bien senties. Nous avons également pu échanger autour d’un verre, un apéro sympathique offert par un de leurs amis résidant à Logonna.

Nous avons aussi reçu la visite de la famille du château de Rosmorduc, trois petites filles qui ont produit chacune un dessin avec le savoir-faire inhérent à leur âge, accompagnées de leur mère et leur grand-mère. Cette dernière nous a permis d’échanger sur la généalogie, l’histoire locale et le patrimoine de la commune.

A la fin de la journée, le jury ayant délibéré, j’ai gagné le droit de retenter ma chance une prochaine fois ; mes nouveaux amis rennais eux, ont vu leur joli travail récompensé par un prix chacun. Bravo à eux !

Pour en savoir plus sur la stèle de Rungléo

La stèle de Rungléo Photo Gilbert Le Moigne Wikimédia Commons CC-BY-SA 3.0

“Célèbre entre toutes est la Croix des apôtres de Rungléo à Logonna-Daoulas. Tournée vers le Nord, elle rompt avec la règle des croix occidentées. Le bétyle en pierre ocrée extrait d’une carrière voisine, loin d’afficher l’usure qui sied aux mégalithes, n’est pas comme eux planté en terre. Il est posé sur une pierre qui, en revanche, montre, un sillon destiné, selon M. Giot lui-même, à quelque usage néolithique.

Pour comprendre cette croix sans équivalent, est-il besoin de recourir à l’art d’Irlande ignoré des anciens de nos carrières ?

Car, en définitive, ce sont eux qu’il faut interroger pour comprendre et les inviter à montrer ce qu’ils ont produit à la même époque, dans le même style et le même matériau, en l’occurrence le calvaire du Tréhou, de 1578 dont les apôtres sont analogues à ceux-ci.

Rungleo est au centre de la zone d’extraction de la pierre dite de Logonna. A six cents pas, le sanctuaire de Sainte-Marguerite accueillait le pardon des carriers.

Ainsi, sans remonter à un Xle siècle hypothétique, il n’est pas incongru de voir dans le bloc façonné sur une seule de ses faces un panneau référence élaboré de chic par un maître de carrière pour offrir à ses ouvriers l’image référence des Douze munis de leurs attributs.”

Yves-Pascal Castel, En Bretagne, croix et calvaires, Editions Minihi Levenez 1997

14 juillet à Brest : bruits de coulisses

Cinq chasseurs C-19 de Landivisiau, retour de la cérémonie présidentielle à la Concorde, ont survolé Brest dans un boucan d’enfer, juste après les 21 coups de caronade-virus tirés du Château à midi pétantes. SVP, prière de garder vos masques !

Brest 2020

Vides, les quais. Vides les bassins du port. Vide la digue La Pérouse. Vide la rade.

L’Abeille Bourbon, prête à virer. Seul Le Guip travaille.

Un transport de passagers de la Penn-Ar-Bed rentre, quasiment vide et La Recouvrance hisse les voiles pour une navigation-test.

Mais où sont donc passées nos Fêtes maritimes ?

Cahier de l’Iroise 234 : Brest et l’alcool

Avec quelques mois de retard, dus à la crise sanitaire, la parution du numéro 234 de la revue est aujourd’hui effective. Intitulé “Brest et l’alcool”, il est riche de différentes approches sur un sujet vaste, complexe et sensible.

À travers de nombreux articles sont évoquées l’ancienneté du sujet à Brest et à la pointe de Bretagne, l’importation, la production passée ou en devenir, la consommation et la lutte contre l’alcoolisme.

Il est dès à présent possible de l’acheter directement à la Librairie Dialogues, rue de Siam, à Brest ou en commandant par le site internet de la SEBL.

” À 1 Km de chez moi “

” À 1 Km de chez moi “, Projet photographique collectif du Centre Atlantique de la Photographie “Le CAP”- Printemps 2020

L’exposition est visible du 12 juin au 12 septembre 2020 sur les murs de la galerie du patio central du C.A.C Passerelle – Brest. Tous les projets, y compris ceux qui n’ont pas été retenus, sont visibles en ligne à l’adresse suivante : Projet photo 2020 « à 1 km de chez moi » sur FlickR. Le CAP a également édité un catalogue de l’exposition vendu sur place 5€ au profit du Secours Populaire.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture

Apartheid Not

Apartheid Not au Rabelais du Guilvinec en 1988 (Photo Claude Péron)

“La musique est l’arme du futur”, clamait le Nigérian Fela, véhément guerrier de la musique africaine mort en 1997, après une vie de lutte contre la corruption et les prédateurs de l’Afrique. Au-delà du divertissement, la musique peut être l’expression d’une identité parfois malmenée par les pouvoirs politiques ou économiques, et cristalliser des combats d’urgence, comme ce fut le cas au temps de la lutte contre l’apartheid sud-africain – une bannière fédératrice jusqu’à la libération de Nelson Mandela, en 1990, sous laquelle se rangèrent des artistes aussi disparates que Paul Simon, Miriam Makeba ou Bernard Lavilliers.

En 1973, Bob Marley chantait Get Up, Stand Up, réaffirmant l’influence décisive que la musique avait eue dans les luttes de libération nationale en Afrique.

Extraits de l’article du Monde du 10 février 2010

Moh ! Kouyaté

Originaire de Conakry, ce guitariste et chanteur guinéen a reçu la musique en héritage au sein d’une famille de griots. Curieux, avide de découvertes et de différences, il a enrichi sa culture traditionnelle avec des sonorités d’ailleurs, vibrant sur les riffs de ses guitars heroes d’outre-Atlantique : George Benson, Jimi Hendrix, Carlos Santana… Aujourd’hui son blues-rock mandingue bigarré comme la pochette de son dernier disque porte bien l’empreinte de ses diverses influences : la kora se tisse à la batterie, le n’goni à la basse électrique. Installé en France depuis dix ans, parcourant le monde avec sa guitare en bandoulière, Moh ! Kouyaté a érigé le brassage culturel et l’ouverture d’esprit comme principes de vie. Pour Fé Toki, son deuxième album, ce djeli moderne prêche des messages d’amour et de partage, opposant sa réponse optimiste à un monde miné par la violence, l’égoïsme, le cynisme.

Source : Le Point Culture

Le printemps des Poètes à Daoulas

La ria de Daoulas, cadre de l’exposition “Printemps des Poètes – Courage”

Décalée par la situation sanitaire et les contraintes inhérentes à celle-ci, l’exposition “Courage” du Printemps des Poètes 2020, vient d’être installée le long de cette magnifique ria par les bénévoles de “Prim’vers et Prose”.

Associant une douzaine de photographes et autant de poètes, elle présente 35 panneaux comportant une photo et un texte poétique. J’ai le plaisir d’y faire équipe avec Marcie Chol et Patrick La Prairie.

L’ensemble sera visible jusqu’au 30 septembre 2020.

Photographies de : Irène Jonas, Bruno Ansker, Nathalie Guillerm, Luc Sarlet, Maryvonne Troël, Claude Péron, Gaëlle de Trescadec, Ronan Yver, Fanny Bernard, Krank Du, Carolina Valladares, Yves de Orestis, François Grall.


Textes de : Anne Julien, Santiago Mendez-Ruiz, Clara Bouhier, Yves-Marie Bouillon, Mona Grall, Lan Trividic, MKLS, Alan Corbel, Marcie Chol, Jean-Luc Le Cléac’h, Christine Nicolas, Louis Grall, Erick Bato, Nicole Sarlet, Pierre-Yves Ungaran, Patrick La Prairie, Laurent Guillerm.

Agapanthie à pilosité verdâtre à Plougastel

Une rencontre rare sur le sentier de Porzh Karo à Porzh Larmor

Sa taille varie entre 10 et 23 mm. On le trouve de mai à septembre. Il se caractérise par la présence de poils de couleur ocre verdâtre sur les élytres et tout le corps. Ses très longues antennes, de la taille de son corps, sont noires et blanches. (Wikipédia)

Pour en savoir plus sur l’agapanthie à pilosité verdâtre