Archives de catégorie : Photos

Esprit de Gauguin

Hier, dans l’église de Pont-Aven, la lumière du matin jouait avec les vitraux. L’esprit de Paul Gauguin serait-il encore présent au travers de ces jeux de couleurs ?

Dauphin amateur d’art contemporain

On pourrait le baptiser Jackson comme Pollock, ce facétieux dauphin venu se planter là, au beau milieu d’un tableau de peinture abstraite. Ou encore Kadege, comme le fileyeur brestois dont le tableau arrière se reflète dans l’eau du Premier bassin du Port de Commerce, où il est amarré au nouveau ponton, Quai Malbert.

Drôle de nuage

Observé hier soir sur la rade de Brest à l’entrée du port à partir de la digue La Pérouse. Il devait bien mesurer de 2 à 3 km de long. Peut-on le classer dans une catégorie connue ? Mystère !

Fata Morgana sur Molène

Fata Morgana à Lampaul-Plouarzel le 2 juillet 2014 (Photo Claude Péron)

Cet été, on voit régulièrement des photos de cette illusion d’optique publiées dans le Télégramme (à Locmariaquer et aux Glenan). Celle-ci fait partie d’une série de photos de Fata Morgana visible au-dessus de Molène et d’Ouessant au début de l’été 2014. Mon ami artiste Jean-Yves André, installé à Argenton (Landunvez), m’a confirmé avoir déjà aperçu ce phénomène dans le secteur.

Pour en savoir plus sur ce curieux phénomène optique, lire la page de Wikipédia qui lui est consacrée.

” À 1 Km de chez moi “

” À 1 Km de chez moi “, Projet photographique collectif du Centre Atlantique de la Photographie “Le CAP”- Printemps 2020

L’exposition est visible du 12 juin au 12 septembre 2020 sur les murs de la galerie du patio central du C.A.C Passerelle – Brest. Tous les projets, y compris ceux qui n’ont pas été retenus, sont visibles en ligne à l’adresse suivante : Projet photo 2020 « à 1 km de chez moi » sur FlickR. Le CAP a également édité un catalogue de l’exposition vendu sur place 5€ au profit du Secours Populaire.

Pour en savoir plus :

Continuer la lecture

Apartheid Not

Apartheid Not au Rabelais du Guilvinec en 1988 (Photo Claude Péron)

“La musique est l’arme du futur”, clamait le Nigérian Fela, véhément guerrier de la musique africaine mort en 1997, après une vie de lutte contre la corruption et les prédateurs de l’Afrique. Au-delà du divertissement, la musique peut être l’expression d’une identité parfois malmenée par les pouvoirs politiques ou économiques, et cristalliser des combats d’urgence, comme ce fut le cas au temps de la lutte contre l’apartheid sud-africain – une bannière fédératrice jusqu’à la libération de Nelson Mandela, en 1990, sous laquelle se rangèrent des artistes aussi disparates que Paul Simon, Miriam Makeba ou Bernard Lavilliers.

En 1973, Bob Marley chantait Get Up, Stand Up, réaffirmant l’influence décisive que la musique avait eue dans les luttes de libération nationale en Afrique.

Extraits de l’article du Monde du 10 février 2010

Moh ! Kouyaté

Originaire de Conakry, ce guitariste et chanteur guinéen a reçu la musique en héritage au sein d’une famille de griots. Curieux, avide de découvertes et de différences, il a enrichi sa culture traditionnelle avec des sonorités d’ailleurs, vibrant sur les riffs de ses guitars heroes d’outre-Atlantique : George Benson, Jimi Hendrix, Carlos Santana… Aujourd’hui son blues-rock mandingue bigarré comme la pochette de son dernier disque porte bien l’empreinte de ses diverses influences : la kora se tisse à la batterie, le n’goni à la basse électrique. Installé en France depuis dix ans, parcourant le monde avec sa guitare en bandoulière, Moh ! Kouyaté a érigé le brassage culturel et l’ouverture d’esprit comme principes de vie. Pour Fé Toki, son deuxième album, ce djeli moderne prêche des messages d’amour et de partage, opposant sa réponse optimiste à un monde miné par la violence, l’égoïsme, le cynisme.

Source : Le Point Culture

Le printemps des Poètes à Daoulas

La ria de Daoulas, cadre de l’exposition “Printemps des Poètes – Courage”

Décalée par la situation sanitaire et les contraintes inhérentes à celle-ci, l’exposition “Courage” du Printemps des Poètes 2020, vient d’être installée le long de cette magnifique ria par les bénévoles de “Prim’vers et Prose”.

Associant une douzaine de photographes et autant de poètes, elle présente 35 panneaux comportant une photo et un texte poétique. J’ai le plaisir d’y faire équipe avec Marcie Chol et Patrick La Prairie.

L’ensemble sera visible jusqu’au 30 septembre 2020.

Photographies de : Irène Jonas, Bruno Ansker, Nathalie Guillerm, Luc Sarlet, Maryvonne Troël, Claude Péron, Gaëlle de Trescadec, Ronan Yver, Fanny Bernard, Krank Du, Carolina Valladares, Yves de Orestis, François Grall.


Textes de : Anne Julien, Santiago Mendez-Ruiz, Clara Bouhier, Yves-Marie Bouillon, Mona Grall, Lan Trividic, MKLS, Alan Corbel, Marcie Chol, Jean-Luc Le Cléac’h, Christine Nicolas, Louis Grall, Erick Bato, Nicole Sarlet, Pierre-Yves Ungaran, Patrick La Prairie, Laurent Guillerm.