Histoire d’une épidémie en 1885 au Guilvinec

A lire : un article datant de 1892 particulièrement éclairant sur une terrible épidémie au travers du rapport de Henri Monod, tout juste nommé Préfet du Finistère en 1885.

Le département du Finistère ne se distingue pas seulement par sa position géographique toute spéciale, il offre à l’économiste un spectacle curieux. C’est un des trois départements de France où la mortalité est la plus élevée et un des trois où l’excédent des naissances sur les décès est le plus fort. Nulle part la misère n’est plus grande et nulle part elle n’est supportée avec plus d’insouciance, on pourrait dire d’inconscience. L’instruction, l’assistance publique, l’hygiène sont rudimentaires. Par contre avons-nous besoin d’insister? la consommation de l’alcool y est effrayante.

On comprend qu’un pareil terrain soit propice aux épidémies. Toutes les épidémies de choléra qui se sont abattues sur la France ont frappé le Finistère et, en certaines communes, terriblement. Le Guilvinec est de celles-là.

Continuer la lecture

Sentiers interdits au public (2)

Avec le confinement qui nous est imposé par la situation sanitaire, il ne nous est plus possible de parcourir nos sentiers côtiers préférés. Je vous propose donc de vous balader virtuellement d’un coin à l’autre du Finistère par l’intermédiaire de photos de ma collection. Il vous suffit de cliquer sur la carte IGN pour visualiser l’animation.

Sentiers interdits au public (1)

Avec le confinement qui nous est imposé par la situation sanitaire, il ne nous est plus possible de parcourir nos sentiers côtiers préférés. Je vous propose donc de vous balader virtuellement d’un coin à l’autre du Finistère par l’intermédiaire de photos de ma collection. Il vous suffit de cliquer sur la carte IGN pour visualiser l’animation.

Marins d’eau douce

Où l’on voit pêcher des langoustines cuites et peindre des barques au ripolin

Il, Raymond de Nys, envoyé spécial du Petit Parisien sur la côte bretonne, s’aperçut l’autre jour avec tristesse que l’ennui régnait en maître dans nos ports de pêche. M. Raymond de Nys a bon coeur et cette neurasthénie générale le fit souffrir. « Il faut que je leur ponde un petit article humoristique, se dit-il, il les déridera un peu, ces braves. »

Continuer la lecture

Une famille de 147 enfants …

En 1908, on peut lire dans le journal Le Finistère un article consacré à une situation exceptionnelle : celle d’une famille particulièrement nombreuse vivant dans le port de pêche du Guilvinec !

« Au Guilvinec vit une vénérable veuve, Mme Le Cléac’h, âgée de 87 ans, dont le nombre des enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants et enfants des arrière-petits-enfants s’élève au nombre de 147.

Continuer la lecture

Un chapitre de la vie d’un Instituteur

Un article de presse à lire entre les lignes, au troisième degré …

Il est douteux que l’instituteur du Férel, petite commune du Morbihan, écrive jamais l’histoire de sa vie. Le fait se produirait-il cependant, qu’il est à supposer que le chapitre qu’il devrait consacrer à l’année qui vient de s’écouler serait plutôt court.

« Beaucoup souffert, séjour à l’hôpital ».

Continuer la lecture

Murmure des sages abeilles

L’humanité n’est plus, la nature n’est plus. Entre l’ombre et le soleil, le murmure des sages abeilles perpétue notre rêve éveillé. Déjà nous avons macéré dans la solitude, fuyants cornettes des bourgades mortes : notre vie n’est qu’un fil d’or dans une trame qui se déchire.

(Maurice Chappaz – 1977)

Corona-vestiaire

Parce que c’est ça qu’est au fond de mes méninges, et faut que je trouve la réponse, sans ça, toute cette histoire va me rendre cintré.

(Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian,

Gallimard, 1949, page 92)