Micro-toponymes de Guilvinec (1880) 2ème partie

Il ne reste malheureusement plus de témoins de l’utilisation des noms des nombreuses petites parcelles (microtoponymes) qui composaient anciennement le territoire de Guilvinec, faute d’usage quotidien pour désigner ces lieux fréquentés pour le travail des champs essentiellement ainsi que pour la connaissance des propriétaires répertoriés au cadastre1. Celui-ci nous révèle cependant environ 150 noms, essentiellement en langue bretonne et quasiment tous perdus aujourd’hui. La consultation de ce document est un vrai régal concernant la profusion de façons de nommer les parcelles, avant que n’apparaissent les noms de rues – dans les années 1920 – en se basant sur l’observation de la nature et du paysage façonné par l’homme. Un patrimoine imagé et informatif essentiellement oral qui ne pouvait que s’accompagner d’un travail de mémorisation pratiqué au quotidien ! Un vrai lexique que cette collection de noms !

On peut y découvrir, outre le paysage, le relief, la végétation naturelle, les plantes cultivées, certaines activités agricoles ou autres usages, la nature du terrain et les transformations que l’homme a pu y apporter. Une véritable richesse, en particulier dans la description des champs et diverses parcelles de terre, à tel point que le lecteur peut aisément, grâce aux mots, visualiser un panorama comportant tous ces lieux fréquentés régulièrement par la population, dans toutes les composantes de l’espace, horizontales et verticales, avec leurs formes et leurs couleurs.

La plupart de ces micro-toponymes sont formés de deux ou trois mots, le premier étant en général un nom indiquant la nature de la parcelle et le second, un qualificatif ou un complément apportant une précision, un renseignement supplémentaire pour la reconnaissance physique du lieu.

Comme les toponymes, ils sont classés dans leur transcription originale, à partir du premier nom et sont suivis de leur orthographe bretonne normalisée du xxie siècle, suivie de leur traduction française2, dont quelques-unes peuvent être approximatives (?), car certains noms ne figurent dans aucun dictionnaire, et éventuellement de leur localisation, par ex. : (Lohan).

Les champs en lanière

Méjou ar Groas Ven, Mejou ar Groas wen, Champ de la croix blanche, (Prat an Ilis),

Méjou ar Kergoz, Mejou ar Kergoz, Champ de Kergoz,

Méjou ar Vénec, Mejou ar Vaeneg, Champ pierreux,

Méjou Bihan, Mejou Bihan, Petit Champ,

Méjou Bihan Kerléguer, Mejou Bihan Kerleger, Petit Champ de Kerléguer,

Méjou Bran, Mejou Bran, Champ au corbeau,

Méjou Briec, Mejou Brieg, Champ de Briec,

Méjou Forest, Mejou Forest, Champ près de la Forêt, (Kerfriant),

Méjou Léguer, Mejou Leger, Champ aux rochers,

Méjou Loch, Mejou Loc’h, Champ près de l’étang,

Méjou Luec, Mejou Luseg (?), Champ aux myrtilles (?), Mejou leueg (?), champ aux veaux (?), champ de Luhec (?),

Mejou Orhan, Mejou Oc’hen(?), Champ aux bœufs(?),

Méjou Prat, Mejou Prad(t), Champ de Prat (de la prairie!?),

Méjou Prat an Ilis, Mejou Prat an Ilis, Champ de Prat an Ilis,

Méjou Traon ar Maner, Mejou Traon ar Maner, Champ du bas du manoir,

Méjou Traon ar Méné, Mejou Traon ar Menez, Champ du bas du mont,

Méjou Veil, Mejou Veil, Champ près du Moulin, (Kervennec),

Méjou Véri, Mejou Veuleuri, Champ de la métairie (?).

Les champs ordinaires

Parc an Aotrou, Park an Aotrou, Champ de Monsieur ou du Seigneur,

Parc an Elgo, Park an Elgo, Champ de Le Goff,

Parc an Esquillec, Park Eskilheg, Champ ouvert,

Parc an Ty Bras, Park an Ti Bras, Champ de la grande maison,

Parc an Ty Goard, Park an Ti Gward, Champ du corps de garde,

Parc ar Beurfa, Park ar Beuriva, Champ – pâture,

Parc ar Boulen, Park ar B(P)oulenn, Champ aux flaques d’eau, ou Park ar Bouilhenn, Champ du bourbier,

Parc ar C’hardy, Hardy, Park ar C’harrdi, Champ du hangar, de la remise,

Parc ar Calvez, Park ar C’halvez, Champ de Calvez, du charpentier,

Parc ar Cléach, Park ar C’hleac’h, Champ de Cléac’h,

Parc ar Cornou, Park ar C’hornoù, Champ des coins, des angles,

Parc ar Feunteun, Park ar Feunteun, Champ de la fontaine,

Parc ar Gars, Park ar Gars, Champ de Le Gars,

Parc ar Glouet, Park ar Gloued, Champ à la barrière,

Parc ar Groas, Park ar Groazh, Champ de la croix,

Parc ar Guer, Park ar Gêr, Champ de la ville,

Parc ar Hars, Park ar C’Harzh, Champ avec une haie (?), champ de Le Gars (?),

Parc ar Lard, Park al Lard, Champ au lard (ou champ à la terre grasse ?),

Parc ar Méjou Bihan, Park ar Mejou Bihan, Champ de Mejou Bihan,

Parc ar Mellour, Park ar Mellour, Champ au joueur de soule,

Parc ar Palut, Park ar Palud, Champ de la Palue,

Parc ar Pen Bras, Park ar Penn Bras, Champ de la grande extrémité (?),

Parc ar Vur, Park ar Vur, Champ au (entouré d’un) mur,

Parc Berthelé, Park Berthele, Champ de Berthelé,

Parc Bihan, Park Bihan, Petit Champ,

Parc Braden, Park Briadenn (?), Champ aux brassées (?),

Parc Brahen, Park Broenn (?), Champ aux joncs (?), Park Brehant (?), Champ à la brèche (entrée d’un maez) (?),

Parc Bras, Park Bras, Grand Champ,

Parc Bras ar Guichaoua, Park Bras ar Guichaoua, Grand Champ de Guichaoua,

Parc Briaden, Park Briadenn, Champ aux brassées de foin,

Parc Broën, Park Broenn, Champ au Jonc,

Parc Corn, Park Korn, Champ du coin, de l’angle,

Parc Coz, Park Kozh, Vieux Champ,

Parc Cras, Park Kras, Champ desséché,

Parc d’an Traon, Park an Traon, Champ du bas,

Parc Daouanter, Park Daouhanter, Champ mitoyen (appartenant ensemble à deux personnes et séparant leurs deux propriétés),

Parc Garrec, Park Garreg, Champ au rocher, (Kerléguer),

Parc Goarem, Park Goarem, Champ de la garenne,

Parc Guillerm, Park Guillerm, Champ de Guillerm,

Parc Jacques Coz, Park Jakez Kozh, Champ du Vieux Jacques,

Parc Kernaflen, Park Kernafflen, le champ du nommé Kernafflen,

Parc Landistanc, Park Lann Distank, Champ débroussaillé (lande enlevée, arrachée ?),

Parc Lanstanquet, Parc Lann Stanket, Champ (plein de lande qui a poussé ?),

Parc Lanvar, Park Lanvar, Champ de Lanvar,

Parc Laou, Park Laoù, Champ aux poux, ou cloportes (?), Park Laou, Champ de Guillaume (?),

Parc Ligouri, Park Lijouri(?), Champ aux Lijour (?), Park Gwleboreg, Champ humide (?),

Parc Loch, Park Loc’h, Champ de l’étang,

Parc Méen, Park Maen, Champ des pierres,

Parc Men Meur, Park Maen Meur, Champ de Men Meur,

Parc Méen (Men) ar Gelveneg, Park Maen ar Gelveneg, Champ du rocher du Guilvinec,

Parc Meur, Park Meur, Champ étendu,

Parc Moen, Park Moan, Champ maigre, étroit,

Parc Morvan, Park Morvan, Champ de Morvan,

Parc Névez, Park Nevez, Champ neuf,

Parc Pors an Hent, Park Porzh an Hent, Champ du grand chemin,

Parc Pors ar Mogn, Park Porzh ar Mogn, Champ du port de Le Moigne,

Parc Pors Arc’hant, Park Porzh Arc’hant, Champ du port d’argent,

Parc Pors Bras, Park Porzh Bras, Champ du grand port,

Parc Pors Drenou, Park Porzh Draenoù, Champ du port, du porche, du domaine aux épines,

Parc Pors Glas, Park Porzh Glas, Champ du port bleu,

Parc Pors Goarem, Park Porzh Goarem, Champ de la Cour ? du Porche ? de la garenne (?) ou du terrain pierreux (?),

Parc Tanniou, Park Tanniou, Champ de Tanniou,

Les prés

Prat Bihan, Prad Bihan, Petit pré,

Prat Lohan, Prad Lohan, Pré de Lohan,

Divers

Corn Quintin, Korn Quintin, Le coin, l’angle du terrain de Quentin,

Corn Rulaé, Korn Rulae, Coin , Angle du tertre du haut

Ifern Bihan,Ifern Bihan, Petit Enfer, Petit lieu bas

Pour l’anecdote, on apprend aussi que Saint-Trémeur a fait des émules à Guilvinec, bien avant l’importation du football d’Outremanche et la création du club de l’US Guilviniste au xxe siècle, en permettant à ses adeptes de s’adonner, non loin de la chapelle où le saint est représenté la tête coupée à la main, à leur jeu favori au Park ar Mellour, le champ au joueur de soule. En effet, selon la légende, Saint-Trémeur, décapité par Conomor, son père, continuait à pratiquer son sport favori avec sa tête en guise de balle. (http://santtrevel.e-monsite.com/pages/legende.html)

Sources

Cartes d’Etat-Major de 1820, cadastre de Plomeur de 1834, matrice cadastrale de Guilvinec de 1880 (AD 29).

Merci à Michel Le Roy pour ses compléments de traduction et d’interprétation.

1 AD 29 3 P 75/3 Matrices cadastrales

2 Avec l’aide de Albert Deshayes et André Cornec